Utilisation du DOBBLE pour les mathématiques

J’ai découvert le jeu DOBBLE avec des amis, comme certainement tout le monde. A l’occasion d’une soirée où nous étions plusieurs convives de trois nationalités, ce jeu avait l’avantage que la barrière de la langue ne soit pas un frein, puisque seule l’image comptait.

Il y a deux ans, le rallye mathématiques du Poitou-Charentes a proposé une superbe épreuve sur le thème du jeu. Parmi l’épreuve adressée aux 4ème, une recherche sur les jeux DOBBLE. Je vous conseille vivement de découvrir ce concours, si vous ne le connaissez pas, vous le trouverez ici :

http://apmep.poitiers.free.fr/spip.php?rubrique8

Ce rallye fonctionne de la façon suivante : dans un premier temps, la classe dispose de plusieurs mois pour réaliser un dossier. Travail partagé entre groupes d’élèves, organisation gérée par eux-même, le dossier contient de la recherche, de la programmation, des tests, etc. Pour l’épreuve de 2019, les élèves devaient, dans un premier temps, s’approprier deux jeux : le DOBBLE et le SET. Voici le lien qui a été mis à leur disposition, ainsi que le dossier à compléter par leurs soins. Personnellement, j’ai travaillé avec le niveau 4ème. Dans leur dossier, les élèves devaient créer leur propre jeu DOBBLE, après en avoir bien sûr compris la conception. Vous pouvez d’ailleurs observer, dans les résultats, un jeu qui a été créé par à partir de toutes les propositions reçues pendant le rallye !

Je suis ravie de mettre en ligne ces concepteurs de DOBBLE utilisables dans n’importe quel niveau (cycle 3, 4, lycée), pour n’importe quelle matière, avec de très nombreuses applications possibles : questions flash, insertion d’un quart d’heure hebdomadaire de révisions sur les anciens thèmes avec plusieurs jeux réalisés, réalisation de jeux par les élèves, etc..
Avec toutefois une particularité : je trouve intéressant de s’attarder non pas sur la reconnaissance d’un même objet écrit ou représenté de la même façon, mais plutôt sur la reconnaissance d’un même objet écrit de différentes façons (fractions, nombres décimaux, additions et soustractions de relatifs, etc…) ou représentés de différentes façons (nom, perspective cavalière, patron, caractérisation par les diagonales, caractérisation par les côtés, etc…). Ce qui explique, dans mes outils de conception, l’utilisation de couleurs pour permettre de faire apparaître à chaque fois l’objet dans une forme différente.

Vous avez déjà expérimenté l’utilisation ou la conception du DOBBLE en classe? N’hésitez pas à partager !

Bibliothèque de controles

Bonjour à tous et à toutes, sur le site de jouons-aux-mathematiques, l’ensemble des controles a été regroupé sur une unique page que vous trouverez dans l’onglet “les controles”, choisissez le sous-onglet qui vous intéresse. D’autres sous-onglets seront activés dans les jours (euh… semaines, peut-etre meme mois, on verra) à venir.

Le corrigé n’est volontairement pas disponible pour ces travaux (sauf quelques exceptions), vous disposez les outils nécessaires à la maison pour vérifier la justesse de vos résultats. Si vous avez encore des doutes, alors n’hésitez pas à travailler à plusieurs et à échanger vos méthodes et vos réponses.

Si vous etes enseignant(e) et que vous souhaitez contribuer à la réalisation de la bibliothèque de controles en ligne, n’hésitez pas à me contacter en envoyant un commentaire, il vous suffira de demander, dans le commentaire, à ce que je n’accepte pas la publication, je vous contacterai ensuite par email.

Bon courage à tous et bon travail !

 

Le cahier d’erreurs : l’erreur positive

A tous les élèves désespérés ou dépités car ils reproduisent sans cesse les mêmes erreurs… N’attendez pas pour essayer cette méthode, et adaptez-la à vos besoins et à votre niveau.

Faire une erreur dans un contrôle, si on passe au delà de la frustration ressentie car la note n’est pas à la hauteur des espérances, ce n’est peut être pas si dramatique. A condition bien entendu d’utiliser cette erreur comme outil de travail.

Ce qu’il ne faut surtout pas faire : enterrer le contrôle raté sous des vieux papiers et espérer l’oublier rapidement.

Ce contrôle aura permis de mettre en évidence des notions que vous avez mal comprises ; alors utilisez-le, vous aurez gagné si vous réussissez à ne pas reproduire ces erreurs dans les contrôles futurs.

Un outil, une révolution, une solution : le cahier d’erreurs.

Choisissez un cahier petit format, retroussez-vous les manches, et au boulot !

Vous reprendrez, un par un, tous les contrôles depuis le début de l’année, ou tous les exercices traités en classe, ou pourquoi pas les contrôles de l’année dernière. Pour chaque erreur commise, vous vous poserez la question : pourquoi je me suis trompé(e) ? Est-ce une erreur de copie, erreur d’inattention ? Ou est-ce une erreur plus grave, comme une mauvaise utilisation d’une règle de calcul, une définition mal apprise, une propriété mal choisie, un problème ou une figure mal interprétée ?

Une fois que vous avez réussi à identifier l’erreur, prenez une nouvelle page de votre cahier. Indiquez en haut à gauche de la page la date du contrôle ou de l’exercice. Puis recopiez la question et votre erreur en bleue. Vous barrerez proprement en rouge l’erreur commise, et indiquerez la raison pour laquelle c’est faux. Si besoin, rappelez la règle de calcul correcte, ou la bonne propriété, et encadrez-la. Vous pouvez proposer une correction complète. Ajoutez un commentaire ou un conseil que vous donneriez à un élève qui commettrait cette erreur. Puis tournez la page, et poursuivez votre recherche d’erreur.

Le petit truc : une seule erreur (ou un seul exercice) par page.

Ce travail peut être long, mais si vous parvenez à le faire soigneusement et correctement, vos notes devraient gagner quelques points. Ce cahier, s’il est bien fait, deviendra votre livre de chevet, votre occupation dans les moyens de transport, votre soutien pour les révisions de contrôles, bref, votre meilleur ami. Il pourra égayer vos soirées entre copains et animer vos vacances.

Il est fidèle et attachant, plein de suspens et de surprises, alors n’attendez plus : construisez votre cahier d’erreurs, et consultez-le le plus souvent possible 🙂

Un exemple ? ici !